• Chapitre 1) Un Don du Ciel...


    Un doux murmure parcoure la nature...
    Frissons d'une nuit qui laissa un beau souvenir au passage...

    Le sommeil laissant place à l'aurore du Réveil...
    Les fées s'en allant, laissant les lutins djurnes réveiller les Êtres de la forêt.

    La terre soupirant au premières carresses du soleil.
    La transpiration nocturne s'échappant en buée...

    Un matin comme tant d'autres... semble-t-il...
    et pourtant... non...

    Toute la faune et flore semble à l'éveil.
    Biches et écureuils, oreilles pointées ils observent au loin...
    Attentifs ils se confondent en leur milieu...

    Au loin déjà de légers cris se laissent entendre, des spectateus se battant la meilleure place...
    Silence religieux, et impressionnant...
    Oui, mêmes renards et blairaux viennent de loin...

    Seul un jeune faon, insouciant, heureux de vivre, sans se soucier des regards avertissants, inquièts de sa maman, gambade au bord de la clairière...
    Quand soudain, il perçoit de ses grands yeux bruns appeurés, l'objet de convoitise de tout l'entourage...

    Allongé au sein d'une clairière, sertie de hautes herbes dotées de fleurs parfumées encore fermées ensommeilées...
    Un Être venu d'ailleur...

    Couché sur son dos, bras gauche étendu et le droit croisé sur son torse...
    Visage paisible endormi...
    Rayonnant de cérénité...
    Une mèche doré lui barrant le front, adoucissant les pommettes et le meton anguleux.
    Un long nez droit, serti de l'ombre des longs cils noirs...
    Un cou musclé et agile, coulant sur des épaules bien roulées...
    Ses narines s'ouvrant et se fermant imperceptiblement...

    Mais qui est-ce, se demandent ses observateurs...

    Quand un papillon intrépide, s'en va inspecter le reste de Lui,
    suivant la courbe de son torse, sur sa hanche et son fessier ferme, descendant sur des cuisses musclées, le long des jambes affinées... jusqu'aux pointes d'orteils si parfaitement sertis.

    Des gouttelettes de nuées, caressent cette peau dorée en suivant le sentier des pectoreaux...
    léchant de leur humidité chaque parcelle de ce corps Divin...
    Se délectant de ce moment de douceur...

    Le papillon, rassuré par l'air paisible du dormeur, s'en va se poser sur le flanc de ce dernier...
    Pour s'en envoler aussitôt, jambe droite étant pris de violents coups...
    Chatouilleux, l'encorcelant dormeur s'étire...
    Se love d'avantage sur son bras, s'enroulant...

    De ses lèvres pulpeuses s'échappe un soupire d'aise...
    En un chant envoutant...

    Mais qui est cet Être?
    D'où vient-il?
    Les fées de la nuit l'auraient-elle oublié?

    Ou.... serait-ce les sorcières, celles dont les noms sont damnés, qui l'ont amené?
    Celles dont la dernière malédiction, plane encore en de longs frissons et soupirs douloureux, en chaque habitant de la forêt interdite...?

    ....


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :